Uncategorized

Jardiner à la verticale: c’est à la portée de tous!

Ceux qui habitent en ville pensent souvent qu’ils disposent de trop peu de place pour pouvoir s’adonner au jardinage. Et pourtant, les possibilités sont légion, même si l’espace est exigu: de simples plantes grimpantes adossées à une façade à des projets très ingénieux de toiture verte. Tout un chacun peut créer son propre jardinet sur sa terrasse en utilisant des moyens simples, qui sont à la portée de tous.

Jardiner à l’envers
Les gens sont toujours surpris lorsqu’ils entendent parler de jardinage à la verticale. Cette tendance gagne pourtant du terrain dans des lieux où les mètres carrés sont comptés. Que diriez-vous de ce plant de tomate planté dans un seau et qui grimpe en hauteur? Dans le commerce, on peut trouver de ces sacs à plantes spécialement destinés à guider la végétation à la verticale. Mais on peut tout aussi bien en confectionner quelque chose soi-même, par exemple en utilisant un vieux sac à provisions. Notez cependant que ce type de culture ne convient pas aux grosses tomates dont le poids finirait par venir à bout de la tige. Optez plutôt pour des tomates-cerises.
Les avantages de ce type de culture potagère sont nombreux: toute terrasse bien ensoleillée (la tomate nécessite quotidiennement de 6 à 8 heures de lumière solaire directe) s’y prête. Et les tomates-cerises n’ont pas besoin de tuteur, ce qui est du travail en moins. Plus besoin de se faire du souci à propos des maladies cryptogamiques ou des attaques du ver de la tomate.
Un aspect mérite cependant toute votre attention: un seau contenant un plant de tomate peut peser de 20 à 25 kg. Il faut donc veiller à arrimer solidement le sac ou le panier pour éviter de mauvaises surprises. D’autre part, le plant suspendu peut prendre le vent. Pour éviter qu’il se balance trop, il suffit de fixer une corde au conteneur et de l’attacher au sol. A son tour, cette corde ou ce câble peut servir à guider un plant de tomate en pot. On obtient ainsi une sorte de pilier végétal sur une surface minimale. Le jeune plant se développera vite en hauteur pour rechercher la lumière. Cela n’a pas d’effet sur le rendement.
A mesure que les fruits grossissent, les rameaux vont pendre davantage. Ce type de plante en conteneur peut également être placé le long d’un mur ensoleillé de la maison.

Confectionner soi-même un pot

De quoi a-t-on besoin?

• un vieux seau ou un pot de fleur (profond);

• un jeune plant de tomate (ou de poivrons ou de poivre rouge);

• du terreau et un peu d’engrais organique;

• un morceau de toile (du même format que le pot);

• une corde ou une chaîne avec un écrou à oeil (pour la suspension);

• outillage: une foreuse, des ciseaux, du matériel de fixation, un arrosoir.

Comment procéder?

  1. Rassemblez tout le matériel dont vous avez besoin. Forez quatre  petits trous à la même distance l’un de l’autre juste sous le rebord supérieur du pot. Au bas du pot, forez un plus grand trou d’un diamètre de 3 cm.
  2. Coupez quatre cordes (ou chaînes) de 50 cm et nouez-les ensemble à une extrémité. Passez les autres extrémités dans les quatre petits trous et attachez-les autour du rebord du pot.
  3. Prévoyez un solide écrou à œil ou un robuste crochet pour qu’il puisse soutenir le poids du pot.
  4. Découpez une partie de la toile de la même dimension que le fond intérieur du pot. Placez cette toile dans le fond du pot et coupez une croix d’environ 3 cm. La fonction de cette toile est de retenir la terre lors des séances d’arrosage.

Lire la suite de l’article dans le numéro de juin.

Articles populaires

To Top